Accueil > Archives > Comptes rendus des réunions > Réunions "ordinaires" > 19/12/14

19/12/14

lundi 12 janvier 2015, par Vincent

Compte rendu de la séance du 19 décembre 2014

Malgré toutes les questions qui étaient restées en suspens la fois précédente, la séance de "présentations éclairs" a été maintenue.

C’est Vincent qui a commencé la soirée en nous présentant Xcas. Il s’agit d’un logiciel de calcul formel X Computing Algebra System. Ce logiciel permet de faire des calculs poussés en valeur exacte, mais également de la géométrie. Il permet aussi de faire de la programmation soit en syntaxe Xcas, soit en syntaxe Mapple. Il est en effet dérivé des programmes formels implantés sur les calculettes et est un équivalent libre et gratuit de Mapple utilisé dans les écoles d’ingénieurs. On a ainsi pu assister à des inversions de matrices, des sommes de séries (même infinie), des manipulations du toujours mystérieux nombre Pi et même à la démonstration d’un petit programme permettant de tirer au sort celui qui allait payer la tournée !

C’est ensuite Christophe qui est venu nous parlé des MOOC (Massive Open Online Course), ces fameux cours en ligne pour tous qui se développent rapidement. Après un bref historique, il nous a fait part de son expérience en ayant suivi un durant ce dernier trimestre 2014. Ces cours gratuit demandent quand même un travail assez soutenu, de l’ordre de 4 à 6h par semaine sur des durées de l’ordre de 7 semaines. Des devoirs sont proposés et doivent être rendus régulièrement permettant à l’issue de la session de se voir décerner un certificat d’assiduité au cours, qui n’est pas un diplôme, ni une qualification. Cela peut exister mais ce sont alors de sessions payantes. En France, ces cours sont regroupés sur un site qui s’appelle FUN pour France Université du Numérique. Il y en a pour tous les goûts, n’hésitez pas à aller y faire un tour pour vous instruire !

Enfin, Christian nous a fait un petit topo sur les "pirat box". Le concept date déjà de pas mal d’années quant, aux Etats-Unis, des groupes de passionnés d’informatique ont pris conscience du danger d’être "traqué" et on commencé à disséminer dans les pays des clefs USB. Ces clefs étaient scellées dans des murs et tout un chacun pouvait venir y prendre des infos ou en laisser. La connaissance des emplacements des clefs nécessitait toutefois de se connecter quand même au grand réseau "traqueur". D’où la naissance de ces "pirat box". Le principe est le même : on peut prendre des infos sur la box ou en laisser, mais cela se fait par wifi et aucune trace de connexion n’est gardée (enfin, en principe...). Il existe même de véritables réseaux de tels boxs, essentiellement sur les camus américains, qui permettent à des communautés importantes d’échanger des informations en toute confidentialité.

Puis, nous avons essayer de relancer le moteur d’Airbus qui doit nous servir à l’install party d’avril 2015. Mais, était-il trop tard ou étions nous pressés de voir ce que Richard avait amené cette fois encore ? toujours est-il que nous n’avons pas beaucoup progressé, il faut bien le reconnaître. Fog, pour intéressant qu’il soit semble toujours poser autant de problème... Peut-être faudra-t-il changer radicalement de façon de procéder ? Des réponses devront en tout cas être apportées en janvier. Faisons confiance au gentil Papa Noël !

Et ce fut tout pour ce soir là

Vincent